Groupe SUEZ : Forum « valorisation des déchets alimentaires »

Fin de l'enfouissement, tri et transformation obligatoires

La Loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 rendait obligatoire, pour les « gros producteurs», le tri à la source et la valorisation organique des biodéchets. Le 11 juillet 2011, un arrêté ministériel définit qui sont les « gros producteurs », à savoir plus de 120 tonnes par an. Cette définition évoluera dans le temps, jusqu’au seuil de… 10 tonnes en 2016 !

Si un magasin ou un établissement de restauration collective est un « gros producteur », il doit trier et valoriser ses biodéchets. Depuis le 1er janvier 2012, les entreprises, les magasins, les cantines et restaurants se voient dans l’obligation de trier leurs déchets alimentaires en vue d’une valorisation biologique.

Le 6 décembre dernier, l’entreprise SITA (Suez Environnement) organisait une grande matinée d’échange sur ce sujet, animée par Jean-Charles CATTEAU. Après des présentations de l’ADEME, des chambres d’agriculture, de la DREAL de Franche-Comté, des entreprises témoignèrent du traitement de leurs déchets par SITA et son unité de déconditionnement de Chemaudin.

A partir de déchets alimentaires emballés, cette installation est capable de séparer les emballages d’une part et la matière organique d’autre part. Le substrat organique issu du déconditionneur est envoyé dans des filières agrées de méthanisation. Dans un méthaniseur agricole, le substrat organique issu des déchets alimentaires est mélangé aux effluents d’élevage. Ce mélange est « méthanisé » dans des cuves étanches, c’est-à-dire dégradé, en l’absence d’oxygène. Ce phénomène naturel génère du « biogaz », qui permet de faire tourner des moteurs et de produire de l’électricité et de la chaleur (pour chauffer des serres, par exemple). Le résidu de la digestion peut être épandu sur les sols ou composté.
SITA site de Chemaudin

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn