Eau et biodiversité : table ronde avec les Agences de l’eau

5èmes Assises de la biodiversité à Dijon

La préservation de la biodiversité fait partie des priorités dans les politiques de développement durable. Loin d’être un effet de mode, la biodiversité intéresse de plus en plus. 2015 est une année charnière pour l’écologie et particulièrement pour la biodiversité, à commencer par la création de l’Agence nationale de la biodiversité.

L’ambition de l’AFB est d’articuler de façon plus efficace les missions des établissements concernés, en appuyant les collectivités locales et le secteur privé, dans la prise en compte de la biodiversité dans les projets d’aménagements et d’urbanisme.

Après une édition précédente à Montpellier, c’est dans ce contexte que se déroulaient les 10, 11 et 12 juin dernier les Assises Nationales de la Biodiversité à Dijon, qui rassemblèrent plus de 700 participants. Ces 5èmes Assises ont été l’occasion de réaffirmer les liens très forts qui unissent déjà les politiques de l’eau et de la biodiversité, illustrée par le stand commun des agences de l’eau Rhône Méditerranée Corse et Seine Normandie sur le salon professionnel.

Politiques eau et biodiversité, même combat !

Animée par Jean-Charles CATTEAU, la table ronde dédiée à l’eau et à la biodiversité réunissait ainsi les nombreux acteurs concernés autour de Michèle ROUSSEAU, directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie, Eric DURAND, conseiller régional Franche-Comté et président de la commission géographique Saône Doubs, Jean-Gabriel NAST, président du PNR du Haut-Jura, Monique BEVIERE, présidente de la CLE Nappe de Beauce et Bruno MOUNIER, directeur de la fédération des conservatoires d’espaces naturels.

Protection et restauration des zones humides, des cours d’eau et milieux aquatiques

Les Schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux et les programmes d’intervention des agences contribuent aujourd’hui directement à la mise en œuvre des politiques de biodiversité, grâce à leur déclinaison opérationnelle sur les territoires permise par les contrats de milieux ou de territoires, permettant ainsi de financer des travaux prioritaires de restauration.

L’occasion de rappeler également la nécessité d’une bonne articulation avec la future agence française de la biodiversité, dont les travaux de préfiguration, dirigés par Olivier LAROUSSINIE, directeur de l’Agence des aires marines protégées, ont constitués un des principaux fils conducteurs des assises. 4 ateliers spécifiques y étaient consacrés, portant sur les réseaux de professionnels, l’appui aux collectivités, la formation et la sensibilisation.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn