Congrès FNICGV-FFCB en Corse

Redéfinir la viande de boucherie

En partenariat avec la FFCB, la FNICGV tenait les 5 et 6 juin son 72ème congrès annuel. Sur la base d’un état des lieux proposé par Pascale HEBEL, directrice du département consommation du CREDOC, les questions « Quelle viande et pour quel consommateur demain ? » ont fait l’objet de présentations argumentées quant à la segmentation et aux profils des consommateurs français.

Une nouvelle « frugalité alimentaire choisie » semble s’être installée pour durer. Elle s’ajoute à la frugalité conjoncturelle, contrainte par la crise économique qui sévit en France depuis 2010.

Pourtant, il est un domaine où la viande bovine progresse : le « plaisir ». Nos nouveaux
consommateurs sont des stratèges experts pour acheter au meilleur prix mais ils ne renoncent pas au plaisir. La filière française doit répondre à cette attente.

C’est ce à quoi se sont attachés les participants aux tables rondes conduites par Jean-Charles CATTEAU, à travers des échanges entre intervenants et avec le public présent, très impliqué dans ces discussions riches et constructives.

De même qu’en restauration commerciale, le plaisir du convive passe désormais souvent avant l’origine de la viande, les nouveaux rayons traditionnels de la distribution seront les fers de lance de la filière pour défendre l’image d’une viande bovine synonyme de « plaisir » et d’une filière bovine française durable. C’est ce que montre le retour en force des rayons traditionnels pour les viandes de boucherie.

La filière bovine française a encore de nombreux atouts et une excellente image hors de
ses frontières
. Il reste un attrait pour les viandes issues de nos races traditionnelles, qui incarnent nos territoires ruraux, sous réserve d’une exigence sans faille en matière de qualité, notamment de tendreté, et d’apporter un soin particulier à la présentation et à la lisibilitépour l’acheteur.

En ce sens, les nouvelles dénominations des morceaux – qui entreront bientôt en vigueur – constitueront un système simple pour un étiquetage clarifié.

Commerçants et industriels de la filière se sont donnés rendez-vous lors de leurs prochaines rencontres pour aller plus loin encore, en vue de créer les conditions d’un retour définitif de la confiance et d’une passion française pour la viande rouge de qualité.

Compte rendu intégral 72ème Congrès FNICGV

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn