Bioénergies : Colloque National Bio-énergies 2014

Des annonces déterminantes de Ségolène ROYAL et Stéphane Le Foll

Première énergie renouvelable du mix énergétique français, la biomasse s’inscrit pleinement dans le concept de l’économie circulaire et du développement durable. Première ressource renouvelable à l’échelle de la planète (à hauteur d’un peu plus de 10 % du mix énergétique), la biomasse constitue déjà, en France, la seconde énergie renouvelable après l’hydraulique, si l’on ne compte que le bois-énergie consommé dans les chaufferies de grande capacité. Et la première si l’on y ajoute le bois brûlé dans les poêles domestiques, les biocarburants et le biogaz.

Cette énergie est indispensable à la réalisation de l’objectif que la France s’est fixée : 23 % d’énergies de sources renouvelables dans la consommation énergétique d’ici 2020. Avec 58 % de l’énergie renouvelable issue de la biomasse, qui produira 11 % du total de l’électricité renouvelable, 83 % du total de la chaleur renouvelable et plus de 90 % de l’énergie renouvelable mise en œuvre dans le secteur du transport. Parmi les objectifs visés, l’énergie d’origine biomasse favorise l’émergence de méthodes de productions alternatives tout en créant de nombreux emplois dans les territoires.

Introduit par Jean JOUZEL du GIEQ et Virginie SCHWARZ, directrice générale déléguée de l’ADEME, le colloque 2014 a permis de rappeler les objectifs de développement des filières, de mobilisation de la ressource et de valorisation durable. Quelles mesures de simplifications nécessaires ? Comment mieux structurer les filières ? Quels mécanismes de soutien et de financements les plus adaptés ? Quels textes de lois pour encadrer le développement des filières ? Autant de sujets sur lesquels les intervenants ont débattu lors de 7 tables rondes organisées sur deux journées devant plus de 400 participants, lors de cette 4ème édition de ce colloque animé par Jean-Charles CATTEAU.

En ouverture du colloque, Ségolène ROYAL, Ministre de l’Ecologie du Développement Durable et de l’Energie, a renouvelé deux promesses inscrites dans le projet de loi. D’une part, le doublement en trois ans du fonds chaleur géré par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). D’un montant actuel de 220 millions d’euros par an, ce fonds est dédié au développement de la production de chaleur à partir de ressources renouvelables (biomasse, géothermie, solaire thermique), dans l’habitat collectif comme les collectivités territoriales et les entreprises.

D’autre part, un appel à projets pour le lancement, sur trois ans également, de 1 500 projets de méthanisateurs répartis dans les territoires ruraux, pour la production de biométhane pouvant être injecté dans les réseaux de gaz. Objectifs qui conforter celui de Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de la Forêt et de l’alimentation, qui clôturait le Colloque en confirmant le plan EMAA (Energie Méthanisation Autonomie Azote) qu’il avait lancé en 2013 avec une ambition de 1 000 méthaniseurs en 2020.

Extrait audio – table ronde « Place du bois énergie en France » :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=I_yN5BEWooU

Site officiel

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn